Défaut d’impression sur FRANCE LIBRE

Un défaut d’impression sur un timbre anodin peut le transformer en rareté, notamment lorsqu’il s’agit d’une émission concernant les surcharges « FRANCE LIBRE » de 1942.

Défaut d’impression du « F »

Suite à un petit pliage de la feuille durant l’impression, le « F » se retrouve imprimé plus loin et sur le bord de feuille. Ainsi, le timbre de gauche privé de cette lettre, porte une frappe  »RANCE LIBRE » tenant à normal. Une variété rare et méconnue des catalogues. Deux pièces recensées mais la seule en coin de feuille. Signée Calves, Tillard et Rendon + certificat Calves.

Cette pièce prestigieuse sera présentée dans la vente David Feldman SA de juin prochain.

La frappe ULTRAMAR du Portugal

Les timbres envoyés de l’UPU vers le Portugal comme échantillons étaient destinés à recevoir une surcharge originale. En effet, pour annuler ces timbres venant des pays membres de l’union postale universelle, le ministère colonial de Lisbonne frappait manuellement en bleu ou violet une surcharge « ULTRAMAR » avant de les adresser dans leurs colonies (Angola, Cap Vert, Guinée, Indes portugaises, Macau, Mozambique, St-Thomas-et-Prince et Timor). Deux ou trois jeux étaient aussi conservés dans leurs archives. Cette frappe ULTRAMAR réalisée vers 1906 pour les colonies françaises était connue sur les entiers postaux mais très peu sur les timbres.

Il y a quelques années, quelques timbres des différentes colonies dont St-Pierre-et-Miquelon (la série de 1901 soit les 10c 15c 25c 50c) ont été aperçus avec cette frappe originale. Ils proviennent des archives de Lisbonne. Suite à une étude que j’ai effectuée avec l’aide de quelques sources sures, il n’y aurait à ce jour pour SPM que 3 ou 4 timbres connus pour chaque valeur précitée. 

Tous les timbres sont « sans gomme » car ils ont été décollés des bristols qui les présentaient.

De toute évidence, cette frappe ULTRAMAR est la plus rare dans la philatélie de nos anciennes colonies.

Fausses surcharges, un fléau

Je vous en avais parlé ces derniers mois, plusieurs vendeurs utilisent des sites de ventes par internet bien connus afin de proposer des fausses surcharges...

Ci-dessous le message adressé à la société Delcampe à ce propos.

En tant qu’expert pour SPM, je reviens vers vous concernant les fausses surcharges de St-Pierre et Miquelon. Je n’ai jamais vu autant de faux ces 12 derniers mois sur Delcampe. Ils sont fabriqués à la chaine et imités correctement grâce aux nouvelles technologies. Il y a ceux qui le précisent et ceux qui ne le disent pas. Peu nombreux sont les collectionneurs qui en offrent sans le savoir. Puis, il y a les acheteurs dont certains n’ont qu’un seul but, les revendre comme authentiques.

Le résultat : Beaucoup de personnes ne souhaitent plus acheter les surchargés ayant trop peur de se faire arnaquer. Ils arrêtent même leurs collections… Et là, c’est une catastrophe.

Que peut-on faire ?

1) Interdire de vendre des faux. C’est ce qui me semblerait la meilleure solution.

2) indiquer la mention « faux » à l’encre au dos du timbre.

Je compte sur vous pour trouver une solution radicale. C’est un fléau qui entraînera une sérieuse perte de collectionneurs honnêtes.

Bien sincèrement. JJT

Pli au tarif des armées

Jusqu’en 1899, les courriers qui partaient en Métropole et expédiés par des militaires bénéficiaient du tarif des armées. C’est à dire que le coût d’un pli s’élevait à 15c au lieu de 25c. Il fallait le prouver avec un cachet administratif et l’écrire manuellement en haut de l’enveloppe.

Le courrier ci-dessous envoyé vers Paris en 1891 (début de la voie française) bénéficie de ce tarif spécial. Son affranchissement a été réalisé par des timbres des colonies (sans la surcharge SPM). C’est le seul courrier connu à ce jour avec cet affranchissement exceptionnel.

Il sera mis, courant 2021, dans une célèbre vente aux enchères.

Publicité de l’époque sur les timbres surchargés Noël 1941

Henri Gauthier était le responsable du Comité de la France Libre et gérait les stocks philatéliques des timbres surchargés « France Libre ».

La brochure d’un journal canadien ci-dessous montre une publicité concernant la disponibilité des deux séries « Noël 1941 » en rouge et en noir quelques semaines après leurs émissions.

Table ronde sur la philatélie

À l’initiative de Michel Lecarduner, une rencontre des auteurs locaux avec le public sera organisée le 14 novembre 2020.

Cette manifestation-vente baptisée « Insu’livres » se déroulera au Francoforum.

Durant cette journée, je participerai également à une table ronde ayant pour thème la philatélie en compagnie des deux artistes Patrick Derible et Jean-Jacques Oliviero.

Catalogue de cotation, nouvelle édition

Déjà la troisième édition du catalogue « TILLARD » qui répertorie et cote les classiques (timbres du 19ème et début du 20ème) de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Ce catalogue 2021-23 sera disponible en janvier-février. Des ajustements, quelques nouvelles variétés et des photos supplémentaires sont les principaux ingrédients de cette édition.

Un prix spécial pour une commande avant le 31 décembre 2020.

Pour informations et réservations, un courriel à texspm@cheznoo.net

Journées Patrimoines 2020 : Exposition philatélique à l’Ile-aux-Marins

Lors des journées patrimoines, Jean-Jacques Tillard a présenté sur l’ïle-aux-Marins (anciennement Ïle-aux-Chiens) dans la maison Morel récemment restaurée, les rares oblitérations philatéliques connues de cette petite île sur timbres et sur courriers à la fin du 19e et au début du 20e siècle.

Ce cachet postal est encore méconnu et l’occasion s’y prêtait pour montrer 4 pages de l’étude « SPM, le type Groupe 1892-1908 ». Un public concentré a pu admirer ces joyaux de la philatélie locale.

Cachet postal « Ile-aux-Chiens »

Courriers inter-îles

Les courriers Inter-Îles affranchis avec des timbres surchargés « France Libre »

Fin 1941 et début 1942, les timbres de SPM en cours ont été surchargés par la France Libre.

C’est bien connu… Les courriers non philatéliques revêtus de ces timbres sont peu courants voire très rares lorsqu’ils sont postés par les « petits bureaux ».

Ce pli « carte de visite » a été envoyé de Miquelon pour Saint-Pierre en 1942. Le tarif à 60c pour un courrier local cacheté est légèrement dépassé. A cette époque, Miquelon utilisait un cachet hexagonal et oblitérait les timbres avec une encre violette.