Chevalier de l’Ordre National du Mérite

« Après de longues années de travail acharné, de la patience, de la passion, et du talent sans aucun doute, c’est un honneur pour moi de voir mon père Jean-Jacques Tillard, Expert Philatéliste de mon archipel Saint-Pierre et Miquelon, nommé au grade de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite. C’est un peu l’aboutissement d’un long parcours mais qui, je n’en doute pas, n’est pas encore terminé et continuera de nous rendre fiers. Et ce dont je ne doute pas non plus, c’est la fierté de son père qui aurait été plus qu’ému par l’obtention de ce titre. Cette médaille, elle est dédiée à mon grand-père Gérard Tillard ❤️ »

Livie-Laure Tillard
Jean-Jacques Tillard et son père Gérard Tillard

« 🇬🇧 After several years of passionate and dedicated work, I am so proud that my talented dad Jean-Jacques Tillard received the title of « Chevalier dans l’Ordre National du Mérite » decerned by the French Ministry. As a philatelic expert from Saint-Pierre et Miquelon, this reward is such a successful culmination of a long journey which is far from ending ! But above all, this medal is dedicated to his father Gérard Tillard, my late grandfather who would have been so proud and moved by this distinction. » Livie-Laure Tillard

Jean-Jacques Tillard… sur le papier !

L’ouvrage « Portraits », réalisé par l’artiste Saint-Pierrais Patrick Dérible, vient d’être publié.

À l’intérieur, 33 personnages originaires des îles Saint-Pierre-et-Miquelon ou possèdant un lien avec l’archipel y sont représentés à la sanguine.

Ci-dessous le portrait de Jean-Jacques Tillard.

Patrick Dérible, Portraits – Saint-Pierre-et-Miquelon, portrait du philatéliste Jean-Jacques Tillard, page 48, 2021, 21 x 27 cm (© P. Dérible)

Pour obtenir un ouvrage, vous pouvez prendre contact avec l’artiste à l’adresse suivante : deriblep@cheznoo.net

Variété du « P » absent

Ces timbres-taxe des colonies ont été surchargés à St-Pierre-et-Miquelon en 1892 puis transformés en timbres-poste grâce à la mention « T P ». Peu de variantes sur ces émissions.

En revanche, une très belle variété d’encrage a été découverte récemment ; le « P » n’a quasiment pas été imprimé. Il sera répertorié dans la prochaine édition de mon catalogue sous le n° 1892-13e.

Une feuille complète «Groupe» de St-Pierre-et-Miquelon

Le type « Groupe » réalisé par Mouchon en 1892 demeure probablement le timbre le plus réputé des colonies françaises.

Pas moins de 37 colonies ont été concernées par cette émission. Pour Saint-Pierre-et-Miquelon, cette série «Groupe» comprenant 19 timbres de valeur et couleur différentes, a vu le jour le 18 février 1893 et a perduré jusqu’en 1909.

Une feuille complète comprend 150 timbres divisés en 6 feuillets de 25 unités. Ci-dessous, une rare feuille intégrale provenant de mon étude de 128 pages. Elle présente les différentes particularités liées à sa confection.

Une feuille complète « Groupe » de St-Pierre-et-Miquelon • Jean-Jacques Tillard

Pli à en-tête

Les courriers de SPM postés fin 19ème et début 20ème avec des affranchissements au type « Groupe » engendrent toujours un intérêt particulier. Celui-ci possède plusieurs atouts :

Une oblitération de Saint-Pierre du 7 avril 1902 extrêmement nette.

Une couleur bleutée peu courante. Mais surtout son en-tête exceptionnel qui demeure l’un des plus beaux de cette période.

Pièce rare ayant appartenu aux célèbres collectionneurs Stone et Grabowski.

Défaut d’impression sur FRANCE LIBRE

Un défaut d’impression sur un timbre anodin peut le transformer en rareté, notamment lorsqu’il s’agit d’une émission concernant les surcharges « FRANCE LIBRE » de 1942.

Défaut d’impression du « F »

Suite à un petit pliage de la feuille durant l’impression, le « F » se retrouve imprimé plus loin et sur le bord de feuille. Ainsi, le timbre de gauche privé de cette lettre, porte une frappe  »RANCE LIBRE » tenant à normal. Une variété rare et méconnue des catalogues. Deux pièces recensées mais la seule en coin de feuille. Signée Calves, Tillard et Rendon + certificat Calves.

Cette pièce prestigieuse sera présentée dans la vente David Feldman SA de juin prochain.

La frappe ULTRAMAR du Portugal

Les timbres envoyés de l’UPU vers le Portugal comme échantillons étaient destinés à recevoir une surcharge originale. En effet, pour annuler ces timbres venant des pays membres de l’union postale universelle, le ministère colonial de Lisbonne frappait manuellement en bleu ou violet une surcharge « ULTRAMAR » avant de les adresser dans leurs colonies (Angola, Cap Vert, Guinée, Indes portugaises, Macau, Mozambique, St-Thomas-et-Prince et Timor). Deux ou trois jeux étaient aussi conservés dans leurs archives. Cette frappe ULTRAMAR réalisée vers 1906 pour les colonies françaises était connue sur les entiers postaux mais très peu sur les timbres.

Il y a quelques années, quelques timbres des différentes colonies dont St-Pierre-et-Miquelon (la série de 1901 soit les 10c 15c 25c 50c) ont été aperçus avec cette frappe originale. Ils proviennent des archives de Lisbonne. Suite à une étude que j’ai effectuée avec l’aide de quelques sources sures, il n’y aurait à ce jour pour SPM que 3 ou 4 timbres connus pour chaque valeur précitée. 

Tous les timbres sont « sans gomme » car ils ont été décollés des bristols qui les présentaient.

De toute évidence, cette frappe ULTRAMAR est la plus rare dans la philatélie de nos anciennes colonies.

Fausses surcharges, un fléau

Je vous en avais parlé ces derniers mois, plusieurs vendeurs utilisent des sites de ventes par internet bien connus afin de proposer des fausses surcharges...

Ci-dessous le message adressé à la société Delcampe à ce propos.

En tant qu’expert pour SPM, je reviens vers vous concernant les fausses surcharges de St-Pierre et Miquelon. Je n’ai jamais vu autant de faux ces 12 derniers mois sur Delcampe. Ils sont fabriqués à la chaine et imités correctement grâce aux nouvelles technologies. Il y a ceux qui le précisent et ceux qui ne le disent pas. Peu nombreux sont les collectionneurs qui en offrent sans le savoir. Puis, il y a les acheteurs dont certains n’ont qu’un seul but, les revendre comme authentiques.

Le résultat : Beaucoup de personnes ne souhaitent plus acheter les surchargés ayant trop peur de se faire arnaquer. Ils arrêtent même leurs collections… Et là, c’est une catastrophe.

Que peut-on faire ?

1) Interdire de vendre des faux. C’est ce qui me semblerait la meilleure solution.

2) indiquer la mention « faux » à l’encre au dos du timbre.

Je compte sur vous pour trouver une solution radicale. C’est un fléau qui entraînera une sérieuse perte de collectionneurs honnêtes.

Bien sincèrement. JJT

Pli au tarif des armées

Jusqu’en 1899, les courriers qui partaient en Métropole et expédiés par des militaires bénéficiaient du tarif des armées. C’est à dire que le coût d’un pli s’élevait à 15c au lieu de 25c. Il fallait le prouver avec un cachet administratif et l’écrire manuellement en haut de l’enveloppe.

Le courrier ci-dessous envoyé vers Paris en 1891 (début de la voie française) bénéficie de ce tarif spécial. Son affranchissement a été réalisé par des timbres des colonies (sans la surcharge SPM). C’est le seul courrier connu à ce jour avec cet affranchissement exceptionnel.

Il sera mis, courant 2021, dans une célèbre vente aux enchères.